Télétravail : où en sommes-nous aujourd’hui en France sur cette nouvelle façon de travailler ?

 Télétravail or not télétravail ?!

Telle est votre question !

Comme peut-être 81% des cadres français*, vous avez surement aussi été amené(e) à travailler en « home sweet home » pendant le confinement de 2020. En quelques mois, le télétravail s’est imposé de manière durable ! Pour vous, avantages ou inconvénients ? E-Volve fait le point.

 

Télétravail : une nouvelle tendance qui prend de plus en plus d’ampleur dans les entreprises

On l’appelle télétravail, flex office, nomadisme, ou encore smart office… Ces nouvelles façons de travailler font maintenant parties du quotidien professionnel et sont même de plus en plébiscitées par les entreprises et par certains salariés.

A condition évidemment de se donner les bons moyens logistiques et techniques (tablette, pc, mobile, une bonne connexion internet…) qui permettent de travailler n’importe où et n’importe quand ; et dans des configurations qui s’y prêtent avec des lieux propices au travail à distance, le télétravail constitue de belles opportunités.

Quelques avantages du télétravail pour les entreprises et leurs collaborateurs :

👉 Amélioration du bien-être au travail.

👉 Développer l’autonomie.

👉 Gains de productivité***.

👉 Fidéliser ses talents.

 

Du côté des salariés : pour ou contre le télétravail ?

Il y a ses fans incontestables, qui n’y voient quasi que des avantages. D’autres au contraire ne supportent plus d’être coupés de leurs collègues, ne savent plus faire de séparation entre leur vie personnelle et leur travail… Et puis il y a ceux (peut-être comme vous?) qui y voient du positif comme du négatif.

 

Que pensent  les salariés français du télétravail ?

Les chiffres parlent et plaident plutôt en faveur du travail à distance pour les salariés interrogés :
    • 52% pensent pouvoir faire tout ou quasiment tout leur travail à distance.
    • 50% pensent que cela permet une meilleure concentration et gestion du temps.
    • 72% des télétravailleurs ressentent moins de fatigue.
    • 69% se sentent plus autonomes et davantage responsabilisés.
Mais certains salariés préfèrent le présentiel : 
    • 73% pour gérer les difficultés liées au travail ainsi que les réunions.
    • 32% pour les moments collectifs.
    • 46% y recherchent des moments de convivialité.

 

Mixer distanciel et présentiel : choisir la solution du travail hybride

Sans conteste, le travail à distance, comme la présence sur site présentent chacun des avantages et des inconvénients. Néanmoins, le phénomène du télétravail ne s’arrêtera pas avec l’arrêt de la crise du covid-19. Ses avantages, pour l’entreprise comme pour les salariés, vont l’ancrer durablement dans le milieu professionnel. En grande majorité, tous s’accordent pour confirmer sa poursuite et son développement : 86% des cadres, 80% de femmes, 80% de salariés en grandes entreprises et 83% d’entreprises des services ! Et 86% des télétravailleurs actuels souhaitent continuer à le pratiquer ! Quel succès !

Alterner travail sur place et à distance 

Mais, d’un point de vue humain et relations entre collaborateurs, travailler à 100% à distance est loin d’être idéal. Continuer à entretenir des relations de travail sur place est primordial.

La solution : alterner jours en présentiel et jours de travail à distance. Deux jours de télétravail sembleraient être le bon rythme à adopter.

 

Le Hub by E-Volve : Notre écrin « home made » pour cultiver l’humain

Parce que pour nous, l’humain doit être au centre de tout… Parce que nous savons quelles richesses représentent les relations entre collaborateurs… Parce que les indépendants aiment aussi aller à la rencontre des autres et échanger avec eux…

Pour toutes ces raisons, nous avons voulu créer le Hub by E-Volve ! Pour travailler, s’y retrouver, cultiver la proximité humaine, un lieu niché dans nos locaux à Roubaix qui vous propose des salles de coworking, salles de réunion, salles de formation, toutes équipées avec le mobilier et matériel nécessaires pour travailler en toute sérénité et avec convivialité !

La preuve en images ! https://www.lehubbye-volve.fr/ 

 

 

 

*Selon une étude INSEE publiée en octobre 2020.

**Source Juritravail, mise à jour 11 février 2021

***Gains de productivité de plus de 13% (étude Ctrip 2020, base 1000 employés).

convention-1410870_1920

Evolution du DIF vers le CPF : MODE D’EMPLOI !

Si à la lecture des mots «DIF» ou «CPF», vous vous dites plutôt «KÉSAKO ?» plutôt que «EURÊKA j’ai tout compris !»… alors cet article va, nous l’espérons, vous éclairer de manière significative sur ce sujet essentiel mais parfois confus : trouver et financer votre formation professionnelle !

Salariés, indépendants, chefs d’entreprises… Avec E-Volve Academy, vous saurez tout, tout, tout ! « DIF/CPF Mode d’emploi » : c’est par ici juste en-dessous, suivez le guide👇

 

 

Report de vos heures DIF vers votre CPF : passez (enfin !) à l’action pour vous former

Déjà, avant d’aborder le « comment » et le « quand », un petit rappel est nécessaire pour commencer à vous éclairer sur ces deux termes «DIF» et «CPF» dont vous avez sans doute entendu parler ces derniers mois.

    • Le DIF : Droit Individuel à la Formation : Cet ancien dispositif, que vous avez peut-être connu, n’existe plus depuis le 1er janvier 2015. Il permettait aux salariés des secteurs privés et publics de suivre des actions de formation continue.
    • Le CPF : Compte Personnel de Formation : Nouveau dispositif qui a remplacé le DIF depuis le 1er janvier 2015 et qui est utilisable pour toute personne salariée, tout au long de sa vie active, y compris en période de chômage, pour suivre une formation qualifiante ou certifiante.

 

 

Pourquoi utiliser votre CPF est tellement important et bénéfique pour vous ?

Parce qu’il va vous permettre de faire ce qui est essentiel pour votre carrière professionnelle : VOUS FORMER !

S’il y a bien une chose dont nous sommes profondément convaincus chez E-Volve Academy, c’est que vous former n’est pas juste intéressant pour vous, c’est tout simplement essentiel et obligatoire si vous voulez vous épanouir et gagner en compétences professionnelles !

Suivre un bilan de compétences pour faire le point sur votre carrière et pourquoi pas envisager un changement de cap et une reconversion… Vous professionnaliser et gagner en compétences sur un sujet précis comme le digital, le design thinking, l’anglais, le permis camion, le permis de conduire des transports en commun… Trouver des organismes certifiés pour vous aider à créer votre entreprise…

Toutes ces possibilités de formations, et bien d’autres, sont maintenant regroupées et consultables sur un seul et même espace : Cliquez ici pour y jeter un coup d’oeil  

 

 

Comment vous inscrire et suivre ces formations ? Rien de plus simple !

Vous avez rentré vos critères, vos domaines de thématiques souhaitées, avez consulté les offres de formation sur le catalogue disponible en ligne (cliquez ici pour le consulter) et vous avez trouvé THE formation qui correspondait parfaitement à vos attentes ? Bonne nouvelle !

Il ne reste plus qu’à vous inscrire et à créer votre compte, en seulement quelques clics !

 

INSCRIPTION CPF / MODE D’EMPLOI :

👉 Allez sur le site www.moncompteformation.gouv.fr

👉 Renseignez :

    • Une adresse mail.
    • Votre numéro de sécurité sociale
    • Les différents champs requis (nom, prénom, adresse…)

👉 Créez votre mot de passe

👉 Validez votre inscription avec le mail de confirmation reçu depuis votre messagerie.

Une fois votre inscription validée, comme par magie, vous verrez sur les informations liées à votre compte de quel budget vous bénéficiez pour financer votre formation ou votre bilan de compétences à choisir depuis le catalogue CPF en ligne.

 

 

De quel montant pouvez-vous bénéficier et comment reporter vos anciennes heures DIF vers votre CPF pour financer votre formation ?

Depuis 2015, vos droits acquis au titre du CPF ont été transférés automatiquement sur votre compte.

En ce qui concerne vos droits acquis avant 2015, vous devez vous-même transférer vos heures DIF acquises vers votre compte CPF pour qu’elles puissent être converties en montant en euros qui pourront être utilisés pour financer vos formations.

Jusqu’au 30 juin 2021 (dernier délai), voilà la démarche à suivre pour transférer vos heures DIF vers votre CPF :

Les heures DIF sont converties au taux de 15€ de l’heure (ce taux est fixé par décret). Le solde à renseigner vous a été transmis par votre employeur, ou se trouve sur votre fiche de paie de décembre 2014.

    • Si vous étiez salarié(e) avant le 31 décembre 2014 : Moyennant l’accord de votre employeur, vous pouviez cumuler jusqu’à 20h de formation par an sur une période de 6 ans sans excéder 120h.
    • Si vous avez eu successivement plusieurs employeurs entre le 1er janvier 2009 et le 31 décembre 2014 : Seule l’attestation fournie par votre dernier employeur en date est valable.
    • Si vous avez travaillé simultanément pour plusieurs employeurs à la date du 31 décembre 2014 : Additionnez les heures indiquées sur les différentes attestations de chacun de vos employeurs.

👉 Conseil : numérisez au préalable toutes les attestations afin de ne télécharger qu’un seul document.

 

 


Voilà, nous espérons que ce crucial sujet CPF est maintenant pour vous limpide et que surtout il va vous permettre de passer à l’action pour enfin vous former et monter en compétences de votre propre initiative, que vous soyez en activité salariée, à la recherche d’un emploi ou même indépendant.

Maintenant, un seul réflexe à adopter : INSCRIPTION… ACTION… A VOS FORMATIONS !

 

pourquoi-formation-entreprise-importante-672x372

Qu’est-ce qu’E-Volve Academy ? Qui sont les partenaires ? Quelles sont les formations ?

E-ACADEMY : l’organisme de formation d’E-Volve connecté aux besoins et aux projets de ses clients.

Connaître les besoins et projets de ses clients en termes de transformation, c’est bien. Les accompagner au plus près et les former en direct, avec des experts de confiance, c’est  encore mieux. Et c’est précisément notre volonté chez E-Volve.

Pour nos clients, nos partenaires, nous avons donc créé E-Volve Academy.
Pour que vous puissiez conjuguer au futur tous vos talents !

 

Se préparer, suivre et être acteur de la transformation, ça passe aussi par la formation

Avancer, s’adapter, innover, comprendre…

La transformation est une posture positive. De nombreuses entreprises ont compris qu’elles devaient adopter cette posture pour développer leurs talents en interne.

Oui mais comment ?

Se transformer implique des changements et automatiquement des nouveautés à appréhender, de nouvelles connaissances à acquérir, des innovations à mettre en pratique…

Pour répondre à toutes ces interrogations, parce que nous connaissons les besoins de nos clients, que nous prenons le temps de comprendre leurs projets dans leur globalité, nous concevons avec eux des programmes de formation sur-mesure, avec un panel d’experts-partenaires reconnus aussi bien pour leurs savoir-faire que leur savoir-être.

 

Nos domaines de formations et nos experts partenaires pour vous faire monter en compétences

S’adapter au présent, être prêt pour le futur.

Tout l’enjeu de la transformation est là. Parce que tout va vite, parce que ce qui était vrai hier, ne l’est plus aujourd’hui, nous avons à cœur de proposer à nos clients et partenaires des formations en lien avec leurs besoins métiers d’aujourd’hui évidemment mais aussi ceux de demain.

Faites vos choix ! Le catalogue de formations E-Volve Academy :

  • GESTION DE PROJET
  • AGILITÉ
  • MANAGEMENT
  • PRISE DE PAROLE EN PUBLIC
  • ANGLAIS PROFESSIONNEL
  • CONDUITE DU CHANGEMENT

La bonne formation, au bon moment, avec la bonne personne !

Dans ce catalogue, des formations que nous concevons avec vous dans les moindres détails, en vous proposant le consultant-expert partenaire qui répondra parfaitement à vos attentes.

Préparez-vous, vous allez :

  1. grandir en connaissances
  2. gagner en confiance
  3. vous améliorer dans vos activités
  4. partager avec des pairs les bonnes pratiques et expériences.

Des formations 100% bénéfiques… pour gagner en souplesse, et donc en résultats !

 

Des formations labellisées et certifiées Datadock et bientôt Qualiopi

Faire grandir vos talents, et vous accompagner, c’est du sérieux ! Parce qu’on ne plaisante pas avec la qualité de nos formations, notre organisme de formation E-Academy est certifié Datadock. Nous sommes aussi bientôt labellisés en démarche Qualité Qualiopi.

Les avantages de ces certifications pour vous ?

Répondant à toutes les exigences réglementaires, le financement de vos formations peut donc être pris en charge dans le cadre de votre organisme collecteur.

 

En présentiel au Hub by E-Volve ou à distance

S’adaptant à vos envies, vos métiers, vos organisations, votre taille de structure, vos horaires, E-Volve Academy vous propose de suivre ses formations dans son lieu dédié sur place au Hub by E-Volve ou à distance… à vous de choisir !

 

Les + d’E-Volve Academy : faire la différence pour faire grandir tous vos talents

  • Un réseau de partenaires E-volve experts et reconnus :
    • Ils connaissent vos besoins, votre environnement économique, vos contraintes métiers.
    • Avec les clients E-Volve, ils partagent bien plus que leurs connaissances, expériences et analyses en hard skills et soft kills, ils les font vivre.
  • Des formations orientées ACTION ! Avec des objectifs pédagogiques opérationnels et concrets.
  • Une validation des acquis dès la sortie de la formation pour tout de suite mettre en pratique (avec succès !) ce que vous avez appris.

 

Besoin de faire grandir vos talents ? Et si on vous formait dans notre E-Academy…
On en parle ?

Contactez-nous !

Téléphone : 03.74.09.96.95

Mail : valérie.leclercq@e-volveacademy.fr

Transformation numérique

Qui est E-Volve ?

E-VOLVE : des talents au service de votre transformation numérique !

« Décidément, vous avez beaucoup de talents ! »
Et justement chez E-volve, acteur de la transformation numérique, notre leitmotiv au sein de notre cabinet d’expertises : faire en sorte que ces talents, les vôtres, brillent et se développent !

Vos besoins en transformation numérique sont nos missions

Parce que tout va si vite, parce que vous vous devez de suivre les transformations numériques, d’adopter les innovations digitales pour continuer à faire évoluer et développer votre entreprise… nous sommes à vos côtés pour comprendre vos besoins et vous accompagner dans cette révolution numérique. Pourquoi ? Parce que, le projet de notre équipe, c’est la réussite des vôtres !

Du sur-mesure qui repose sur les talents humains

« La bonne personne, au bon endroit, au bon moment ! »
Pour vous apporter succès, efficacité et réussite dans votre transformation, la clé de notre mission est simple : comprendre votre projet et trouver l’expert parfait qui saura s’intégrer à vos équipes, vous accompagner, avec le bon timing, le bon format et où vous le souhaitez.
Bien plus qu’un simple cabinet conseil, notre volonté chez E-volve est de nous reposer et de nous baser sur une richesse qui fait des miracles au milieu de la révolution numérique qui semble tout diriger : l’humain ! Nous sommes fiers de pouvoir vous proposer une équipe forte, riche de ses talents et de ses expertises.

Ce qui fait notre force pour vous proposer un accompagnement personnalisé

Spécialisé et expert de la transformation numérique, l’état d’esprit d’E-volve repose sur des principes qui font sa particularité et son succès !

  • La parfaite connaissance du tissu économique des Hauts-de-France avec une équipe qui en comprend ses enjeux et ses forces.
  • Proximité avec nos clients et prise en compte de tous leurs besoins dans leur globalité pour identifier le/la consultant(e) qui saura parfaitement s’adapter à leur projet.
  • Un réseau de consultant(e)s experts reconnus qui en plus de leurs compétences sauront aussi s’intégrer parfaitement dans votre univers d’entreprise pour vous apporter leur savoir-faire et savoir-être.

3 domaines d’expertises en transformation digitale

  1. Gestion de projet par l’agilité
  2. Change Management
  3. Lean Management

Entretenir la proximité avec nos consultants-partenaires pour assurer la réussite de votre projet

« Le talent fait toujours une différence ! »
Chez E-Volve, nous sommes convaincus que le talent fait toujours la différence. Le nôtre est de vous trouver les bonnes personnalités, avec les bonnes compétences, pour vous assurer la réussite de votre projet !
Notre recette miraculeuse pour les trouver ? Tout simplement en cultivant notre proximité avec eux, en apprenant à les connaître et à les reconnaître. Nous les accompagnons et leur proposons des missions à la hauteur de vos besoins et de leurs (grandes) capacités et domaines de prédilection dans lesquels ils sont experts !
Parce qu’ils sont indépendants, avec énergie et passion, nous tenons à les accompagner dans leurs démarches, en prenant toujours en compte leurs souhaits et leur personnalité.

Le HUB by E-Volve : notre lieu dédié à notre communauté de clients et consultants

Le Hub By E-Vo

Parce que les échanges font la richesse de toutes les relations

humaines, nous avons, crée un lieu spécialement dédié à nos clients et partenaires : le HUB by E-Volve ! Pour nous y retrouver, y travailler, accueillir nos partenaires, nos clients, faire avancer nos projets… le tout en utilisant un ingrédient bien réel et pas virtuel : la proximité humaine !
Un endroit convivial et chaleureux dans lequel nous aimons régulièrement organiser des évènements.

Une équipe à votre service  :

Nathalie, Valérie, Audrey, Mélanie, Claire, Albane, Philippe, Xavier, Benjamin, des personnalités… Des talents… Une équipe proche de vous et à l’écoute de vos besoins !

5 bonnes raisons de choisir e-volve

Quel statut choisir pour devenir free-lance ?

Pour celui qui décide de lancer son activité, le choix d’un statut peut sembler un casse-tête. EURL ou profession libérale ? Auto-entrepreneur ou portage salarial ? La bonne réponse se trouve souvent dans les envies du créateur et ses priorités. Voici un tour d’horizon des possibilités qui s’offrent à vous pour créer votre entreprise.

L’entreprise individuelle.

L’entreprise individuelle, aussi intitulée profession libérale, est sûrement l’une des plus souples en matières administratives. C’est aussi celle qui expose le plus vos biens personnels. En effet, dans l’entreprise individuelle, vous êtes garant sur vos biens (maison, voiture…) de toutes les charges pesant sur votre activité. Et même en cas de cessation d’activité, les sommes comme les cotisations sociales ou les impôts restent dûs. C’est aussi le statut qui vous laisse le plus de libertés dans la constitution d’un capital ou la préparation de votre retraite avec tout de même une conséquence importante : c’est l’un des statuts qui vous garanti la retraite la plus faible malgré des cotisations importantes. De même, c’est à vous de vous assurer personnellement contre les aléas de l’activité comme par exemple un arrêt maladie ou une baisse d’activité.

L’EIRL

L’entreprise individuelle à responsabilité limitée a l’avantage de mettre votre patrimoine à l’ami, sauf en cas d’erreur manifeste de gestion. En effet sous ce statut, seuls les biens nécessaires à votre activité professionnelle sont saisissables par les créanciers. Les formalités de création sont plutôt simples et peu coûteuses. Il faut toutefois remplir une déclaration d’affectation. La fiscalité est relativement souple puisque vous pouvez opter pour l’imposition de vos revenus directs ou choisir l’impôt sur les sociétés. Concernant votre statut, vous serez associé au régime social des travailleurs indépendants et ne bénéficierez pas de la protection d’une assurance chômage. En cas de cessation d’activité, les formalités sont simples et relativement peu coûteuses. L’EIRL vous permet, sous certaines conditions, de bénéficier du régime de la micro-entreprise pour simplifier encore la gestion.

L’EURL

L’eurl ou entreprise unipersonnel à responsabilité limitée ressemble beaucoup à l’EIRL avec néanmoins des formalités plus lourdes et des frais de création plus importants. C’est surtout un statut qui simplifie le développement de l’entreprise en cas d’associés multiples et se prête à des entreprises à l’activité pérenne et soutenue. Avant d’opter pour ce statut, pensez à prendre conseil auprès d’un cabinet d’expertise comptable.

La SAS (ou SASU)

La société par actions simplifiée, est la seule structure permettant au président d’avoir un statut de salarié, ce qui offre la possibilité de garder le rattachement au régime général, tant pour la retraite que pour la sécurité sociale. Seule différence, le président de SAS n’est pas éligible au chômage. Il est important de noter que les charges qui pèsent sur la rémunération du dirigeant sont plus élevées que pour une SARL par exemple, car il s’agit d’un salaire et non d’une indemnité. Vous pouvez également opter pour la SASU, société par actions simplifiée unipersonnelle ce qui vous permettra d’être l’unique associé de votre structure.

Le portage salarial.

Le portage salarial ne constitue pas vraiment un statut de travailleur indépendant. Le principe, c’est que vous êtes salarié d’une entreprise qui s’occupe de toute la partie administrative de votre activité et vous verse un salaire. L’avantage c’est que vous continuez de profiter du régime général des retraites, vous êtes couvert en cas d’arrêt maladie et vous cotisez pour la retraite comme n’importe quel salarié. En contre-partie, vous versez à l’entreprise qui vous salarie une part de vos revenus correspondant au service rendu. Le portage salarial est surtout indiqué en début d’activité, si vous n’êtes pas sûr de vous lancer sur le long terme ou pour répondre à une demande ponctuelle.

Quel statut choisir ?

Avant d’arrêter votre choix sur le statut que vous allez choisir, il convient de bien établir vos objectifs. Le portage salarial sera intéressant pour lancer votre activité « à l’essai » ou répondre à un besoin ponctuel. Si les affaires sont mauvaises, vous pourrez toujours demander le versement de vos indemnités chômage. La création d’une entreprise individuelle ou d’une EIRL est une bonne solution pour les activités qui démarrent doucement. En effet le régime micro-entreprise permet d’avoir une gestion très simplifiée tout en bénéficiant d’avantages fiscaux si vous êtes éligible à l’ACCRE. La création d’une société unipersonnelle (EURL) est plutôt adaptée lorsque votre activité est devenue prospère car elle permet de vous associer ou de revendre votre entreprise dans un cadre plus favorable. Dans tous les cas, un rendez-vous avec un expert comptable est utile et peut vous permettre d’éclairer le chemin avant d’y faire le premier pas !   E-VOLVE vous propose également de participer aux évènements LANCEZ-VOUS ! Ces soirées permettent d’échanger avec d’autres porteurs de projets, des créateurs établis et d’obtenir des conseils de notre réseau de professionnels : Société de Portage, Comptables, Protection personnelle et professionnelle. Demandez à participer en faisant un mail à contact@e-volve.fr !
Lean Manufacturing

Le Lean Manufacturing est de retour !

Créé par Toyota dans les années 70 et mis à la mode au le début des années 90, le Lean management a attiré sur lui toutes les critiques. A la base le principe est simple : supprimer ce qui est inutile, formater les process et réduire les coûts pour accroître la productivité. Se basant sur ces principes, le lean management a rapidement conquis les entreprises françaises en perdant au passage certains de ses principes jusqu’à devenir le symbole d’une production inhumaine, obsédée par le chiffre et centré sur la quantité au mépris de la qualité. Pour comprendre le Lean management, il faut se souvenir qu’il naît, chez Toyota, dans un environnement qui valorise le partage des décisions, la valorisation des individus et la réflexion avant l’action. Autant de principes qui ont disparu des entreprises qui adoptaient le lean management pour ne plus en retenir que l’obsession de l’efficacité et l’augmentation des cadences. Au début des années 2010, le lean management est identifié comme un système à éviter car générateur de conflits et de stress au travail.

Un retour aux sources pour un nouveau départ.

Aujourd’hui le lean management revient aux sources, en replaçant la réflexion avant l’action. Produire plus oui, mais en associant les équipes aux décisions et en partageant la réflexion avec les collaborateurs concernées. Désormais l’optimisation des process ont autant pour but les gains de productivité que le bien-être des équipes. Il ne s’agit plus seulement de travailler plus vite, mais de travailler mieux en préservant la motivation des collaborateurs et leur santé. L’autre grand principe qui permet le retour en grâce du lean management, c’est la prise en compte du capital humain. Aujourd’hui, la sous-utilisation des collaborateurs est enfin perçu comme un gaspillage aussi important que les transports inutiles ou les tâches mal organisées. Cette philosophie permet de replacer l’humain au coeur de la démarche, comme c’était le cas à l’origine dans les usines Toyota.

Le lean management n’est plus la taylorisation 2.0 !

Fini donc (ou presque) les cadences infernales, les flux tendus ou le raccourcissement des délais. Le lean management version 2019 intègre à ces gains de productivité des actions concrètes pour associer chaque collaborateur et lui permettre d’exprimer au mieux son potentiel. L’ouvrier n’est plus perçus comme une machine capable d’accélérer toujours, mais comme une valeur à qui il faut donner les meilleures conditions d’épanouissement. Une volonté qui ouvre les portes des entreprises à un management plus humain, un changement mieux accompagné et des gains quantitatifs qui sont aussi des gains en terme de qualité et de services rendus.

vos objectifs. Le portage salarial sera intéressant pour lancer votre activité « à l’essai » ou répondre à un besoin ponctuel. Si les affaires sont mauvaises, vous pourrez toujours demander le versement de vos indemnités chômage.

La création d’une entreprise individuelle ou d’une EIRL est une bonne solution pour les activités qui démarrent doucement. En effet le régime micro-entreprise permet d’avoir une gestion très simplifiée tout en bénéficiant d’avantages fiscaux si vous êtes éligible à l’ACCRE. La création d’une société unipersonnelle (EURL) est plutôt adaptée lorsque votre activité est devenue prospère car elle permet de vous associer ou de revendre votre entreprise dans un cadre plus favorable.

Dans tous les cas, un rendez-vous avec un expert comptable est utile et peut vous permettre d’éclairer le chemin avant d’y faire le premier pas !

Les meilleurs conseils pour devenir free-lance.

Les meilleurs conseils pour devenir free-lance.

Devenir free-lance, tout le monde peut le faire. Le plus dur, c’est de durer dans cette activité et surtout de préserver son bien-être, sa capacité de travail et de repos. Car la vie de free-lance réclame paradoxalement une grande discipline. On travaille souvent de façon isolé, avec des horaires qu’on choisit et selon des méthodes qui nous sont propres. Ces spécificités peuvent être une formidable source d’épanouissement autant que les barreaux d’une prison qu’on se construit soi-même. Voici quelques conseils à méditer avant de vous lancer…

Conseil N°1 :

Réfléchissez bien !

Réfléchir bien avant de devenir free lance, ça ne veut pas dire réfléchir beaucoup, ou longtemps. Ca veut dire se poser les bonnes questions et avoir l’honnêteté d’y répondre franchement. Est-ce que je suis capable de travailler seul ? Est-ce que j’ai le savoir-faire pour trouver des clients et les garder ? Est-ce que j’ai assez de discipline pour respecter les délais sans la présence d’un supérieur hiérarchique ? Autant de questions simples qui méritent de vraies réponses.

Conseil N°2 : voyez loin.

Beaucoup de free lances se sont lancés pour répondre à la demande d’un client. C’est une raison comme une autre… Mais l’exercice se révèle dangereux. En effet l’expérience le prouve : les choses se passent rarement comme prévu et votre succès ne peut pas (et ne doit pas) reposer sur un seul client. Avez-vous la capacité de rebondir si ce client fait défaut ? Avez-vous le carnet d’adresses pour en trouver d’autres ? Avez-vous la trésorerie nécessaire pour faire face à un creux d’activité ? Là encore, la principale qualité d’un chef d’entreprise, aussi modeste soit-elle, c’est d’anticiper et de voir plus loin.

Conseil N°3 : faites vos comptes.

On entend souvent que le travailleur indépendant doit faire face à des charges importantes. En fait, la plupart des salariés paient également beaucoup de charges mais sans le savoir (charges patronales, cotisations sociales…). La grande différence, c’est que pour un salarié il est facile de calculer à l’avance ses charges, ses impôts et ses diverses contributions. C’est beaucoup plus compliqué pour un travailleur indépendant qui subit des fluctuations de revenus importantes, et dont les bases de calcul pour les charges sont bien plus obscures voire pour certains complètement incompréhensibles. Autre particularité : quand son activité est lancée, le travailleur indépendant se retrouve souvent à gérer des flux financiers auxquels il n’est pas habitué : plusieurs milliers d’euros de TVA à rembourser, des cotisations de retraite annualisée… Bref, il convient d’être très prudent dans la gestion de son argent et de ne pas hésiter à se faire aider par un cabinet d’expert comptable. L’autre solution : opter pour le portage salarial qui libère l’entrepreneur de toutes ces formalités.

Conseil N°4 : choisir le bon statut.

On se demande souvent quel est le meilleur statut pour devenir indépendant. Profession libérale, eirl, auto-entrepreneur… Evidemment chaque statut a ses avantages et ses inconvénients. Le meilleur choix dépend souvent de votre âge, de votre situation (marié, propriétaire…), de votre âge et de vos objectifs (créer un capital, développer et revendre une société, éviter les paperasses…). N’hésitez pas à consulter notre article choisir le meilleur statut avant de vous décider.

Conseil N°5 : être sûr.

Devenir indépendant est une décision beaucoup plus engageante qu’accepter un poste de salarié. En effet, ici la démission est bien plus compliquée et les conséquences non négligeables si on a pas bien ménagé ses portes de sorties. Là encore, le recours à un cabinet comptable est un investissement qui peut s’avérer judicieux.

Conseil N°6 : cultiver son réseau.

La clé pour une activité stable, c’est bien sûr d’avoir de bons clients, de savoir renouveler ceux que l’on perd (on en perd toujours) et de savoir où en trouver de meilleurs. C’est pourquoi un free lance doit toujours cultiver son réseau, se faire connaître et faire connaître son travail. Vos connaissances techniques sont le point essentiel de votre réussite, à condition qu’elles soient connues et reconnues par vos clients et futurs clients. N’oubliez pas que votre réputation est un capital aussi précieux que fragile !

Excellence opérationnelle

Excellence opérationnelle : les clés du succès.

Le lean management « ancienne formule » a par endroit fait place à la notion d’excellence opérationnelle : un principe de management qui tient plus compte du résultat que des moyens d’y parvenir. Pour négocier ce virage, il faut plus qu’une baguette magique. En effet l’excellence opérationnelle s’appuie sur le respect de règles précises qui s’applique à chaque niveau d’une entreprise.

L’excellence opérationnelle : du concret !

Comprendre l’excellence opérationnelle est facile. Prenez 2 entreprises qui fabriquent le même produit avec les mêmes machines pour les mêmes clients : celle qui a atteint l’excellence opérationnelle fabriquera de meilleurs produits, qui lui coûteront moins cher et qu’elle livrera plus vite à des clients mieux traités. Ca donne envie… Mais quelles sont les clés de cette excellence ? D’abord, le respect de l’individu. Il est probable que vous respectez vos équipes bien sûr, mais comment ce respect se traduit-il sur le terrain ? Faites-vous participer vos équipes à l’amélioration ? Donnez-vous la parole aux collaborateurs à travers un système de suggestion ? De telles démarches favorisent l’implication des équipes, qui est le principal levier d’une amélioration… Comme elle peut devenir le plus gros frein. Autre règle d’or de l’excellence opérationnelle : un management humble. Il ne s’agit pas d’une posture mais bien d’un principe de travail : l’humilité développe les capacités d’écoute et permet d’accepter les suggestions de ses équipes, indépendamment de la position de ceux qui la formulent. L’autre défi à relever pour atteindre l’excellence opérationnelle, c’est l’adoption d’une pensée rationnelle. Evident ? Pas tant que ça… Beaucoup de nos comportements sont dictés par nos vécus, notre culture ou nos préjugés. Adopter une pensée scientifique, c’est admettre que l’excellence est le fruit d’une expérimentation plus que d’un talent. Le résultat d’un apprentissage constant plutôt que la conséquence d’un don inné. Enfin, autre clé importante de l’excellence opérationnelle : la communication et le retour d’expérience. C’est dans un processus d’amélioration constant que l’excellence s’installe plutôt que dans une organisation figée. Organiser la communication entre les équipes, valoriser le retour d’expérience et rester en contact avec le terrain font parties des priorités pour qui souhaite obtenir l’excellence opérationnelle… Et la garder !

Monde digitalisé recherche pros du numérique !

Monde digitalisé recherche pros du numérique !

C’est une bonne nouvelle : les métiers du numérique sont en forte croissance. A tel point que certains parlent d’une 3ème révolution industrielle. Et les chiffres sont là : en 2018 le secteur numérique représentait 447 000 salariés dans près de 29.000 entreprises. Les chiffres d’affaires de ces entreprises représentait près de 56 milliards d’euros. Avec bien sûr de grandes différences dans le profil de ces entreprises mais les emplois sont là : c’est une évidence !

Des emplois pas que dans l’informatique.

La digitalisation mondiale créé des emplois dans les métiers de l’informatique bien sûr, mais pas seulement. De la conception de capteurs intelligents à l’exploitation de matériaux spécifiques, de la gestion de data aux emplois liés à la conduite du changement, la digitalisation mondiale créé chaque jour de nombreuses demandes auxquelles peuvent répondre des profils très variés. D’après l’ONISEP, on ne compte pas moins de 80 métiers différents dans le secteur du numérique, avec tous les impacts sur l’éco-système qui en découlent.

Des formations variées.

Pour répondre à ces offres d’emplois qui se multiplient, les profils d’ingénieurs bac +4/bac + 5 sont les nouvelles pépites que recherchent les entreprises. Pour ces étudiants, les salaires sont au rendez-vous et les offres d’emploi bien plus nombreuses que le contingent de diplômés. Pourtant, pas besoin d’être ingénieur pour surfer sur la vague du numérique. Les formations en BTS, DUT, licences ainsi que les filières de l’apprentissage sont également très recherchées par les entreprises. De même, la simplification des outils et l’accès généralisé aux ordinateurs permet à de nombreuses personnes d’entrer ou de revenir dans le monde du travail en tant que concepteurs de site, développeurs d’applications simples ou accompagnateurs de projet numérique. Métiers pour lesquelles d’autres compétences peuvent entrer en jeu que le simple talent informatique.

Ce n’est qu’un début !

L’accroissement de la demande et les projections à court et moyen terme permettent d’envisager une croissance soutenue des métiers du numérique. Les filières de formation doivent d’ailleurs trouver chaque année de nouveaux candidats pour répondre aux demandes. Et ces demandes ont encore de belles perspectives d’évolution : il reste encore des régions en France qui n’ont pas accès au très haut débit et leur équipement progressif générera immanquablement des emplois à pourvoir. Le gouvernement ne s’y trompe pas puisque l’état débloque régulièrement des budgets importants en faveur du numérique, qu’il perçoit comme un vivier d’emplois important et stable.

Bonnes pratiques

Digitalisation & transformation numérique : où en est la France ?

Dans la compétition mondiale, la France occupe une place particulière. Sur le podium dans quelques domaines, elle est loin derrière les autres s’agissant d’autres secteurs. Finalement, ces résultats sont le reflets d’une réalité bien française : un fossé se creuse entre des entreprises à la pointe du progrès et un contexte juridique et économique qui freine le développement de nombreux acteurs du marché.

De vrais points forts.

L’une des forces de la France en matière digitale, c’est la qualité de sa formation numérique. Le pays profite d’un système de formation qui le place entre la 6ème et la 7ème position dans les classements mondiaux. Autre atout : l’incitation des entreprises aux investissements de recherche et de développement, récompensée au niveau mondial par une 3ème place. Ceci grâce à l’implication de l’Etat qui, à travers par exemple le crédit d’impôt, prend en charge près d’un quart des frais de recherche investis par les entreprises du secteur privé dans le domaine du digital. La France se distingue aussi par sa capacité à mettre à disposition les données publiques : d’après l’OCDE dans ce domaine nous sommes en tête de la course ! Enfin, les engagements de la France en matière de cybersécurité permettent au pays d’occuper la 8ème place dans ce secteur.

Des défis à relever.

Malgré ses véritables forces, la place de la France dans le peloton de tête des pays numériques n’a rien d’assurée. Premier défi : entretenir son vivier de talents digitaux. Malgré l’excellence de la formation, la filière digitale est encore en manque de candidats pour satisfaire la demande croissante de l’économie. A l’horizon 2022, le but est d’augmenter de 60% le nombre d’étudiants dans cette filière. Faute de quoi on estime à 200.000 le nombre de postes qui resteront à pourvoir à cette date. Le problème, c’est que même avec cet effort de formation, la partie n’est pas gagnée. En effet, 76% des talents digitaux français se disent prêts à s’expatrier pour des raisons professionnelles. Autant dire que des mesures incitatives méritent d’être prises d’urgence.

Règlementation : garde-fou ou entrave ?

Si tout le monde s’accorde à reconnaître la nécessité d’un cadre légal, la France est perçue au niveau mondial comme particulièrement sévère dans sa réglementation, ce qui bien sûr ne facilite pas le développement de la stratégie data dans l’hexagone. Un cadre légal particulièrement pointilleux, dont la RGPD est le symbole, est bien sûr un obstacle important à la collecte et à l’exploitation de données, qui constituent la matière première de toute recherche sur l’intelligence artificielle.